Lorraine Klein, Animatrice éducation à l’environnement

"Je fais des ateliers de sensibilisation sur la nature (biodiversité, faune, flore) et sur le développement durable (perturbateurs endocriniens, changement climatique, alimentation saine et durable, jardinage au naturel, compost, ...) auprès de différents publics (scolaires, grand publics, familles, centres de loisirs, ...)"

Fonction actuelle

Enseignement & Formation

Fonction avant transition

Ingénierie et études

Secteur actuel

Education, Formation et Sensibilisation

Secteur avant transition

Energie, Recherche

Statut

Salarié.e

Type de structure

Association 1901

Mots clés

Education, Sensibilisation, Association, Ingénieure

Lien

Ton métier

En quoi ton travail s’inscrit-il dans les luttes écologiques et sociales ? A quels enjeux et de quelle manière te permet-il de contribuer ?

Je fais de la sensibilisation sur la nature (permet aux gens de développer leur amour de la nature) et sur les modes de vie plus durables. J’apprends par exemple aux gens comment faire du zéro déchet, cuisiner un repas avec des produits bio et locaux, ou plein d’autres choses utiles pour vivre autrement.

Pourquoi l’avoir choisi ?

Avant j’étais ingénieure et je n’aimais pas car je trouvais que ça manquait d’un côté humain. J’ai toujours été passionnée par l’écologie et l’environnement, d’ailleurs je faisais déjà de la sensibilisation sur ces thématiques bénévolement depuis plusieurs années avant de me réorienter. C’est un métier qui est super polyvalent !

Quelles qualités et compétences sont indispensables pour exercer ton métier au quotidien ?

Savoirs : sur les thématiques abordées en animation, sur les techniques pédagogiques
Savoirs faire : vulgariser une information, s’adapter à son public
Savoirs être : créativité, pédagogie, aisance à l’oral

Aujourd’hui, qu’est ce qui te plait le plus dans ton métier ?

C’est utile, j’aime trop apprendre des trucs aux gens, c’est hyper polyvalent, on est souvent dehors, je fais jamais la même chose, je parle de chose qui me passionnent à des gens qui n’y connaissent rien…

A contrario, quels aspects apprécies-tu moins ou sont plus difficiles ?

C’est très précaire, les contrats sont souvent courts, à temps partiel, mal payés, etc…

A ton avis, comment va évoluer ton métier dans les années qui viennent ?

Je ne sais pas trop. J’imagine que ça va devenir de plus en plus difficile d’accéder à des CDI dans ce domaine car on investit de moins en moins dans la protection de l’environnement.

Ton parcours

Quel a été le déclic pour ta reconversion ? Raconte-nous ton parcours

J’étais ingénieure en génie des procédés pour les procédés propres (traitement des eaux, des airs, des sols, des déchets etc.) en gros je faisais du dimensionnement de réacteurs chimiques. Mon dernier (et unique) poste occupé là dedans c’était pour le CEA, et je développais un procédé pour le recyclage des batteries au lithium.
Mais je n’étais pas du tout épanouie, je ne voulais jamais aller au travail. Je trouvais que ce métier manquait de contact humain, et de contact avec la nature. J’avais envie de parler à des gens qui n’étaient pas chimistes, et d’être un peu plus souvent dehors.

En plus je n’appréciais pas le fait de devoir travailler pour des grosses boites qui ne s’intéressent au recyclage que car ça rapporte du pognon. Je voulais travailler pour des structure beaucoup plus petites, et si possible pour des associations car j’aime l’idée de ne pas travailler pour un patron qui va gagner de l’argent grâce à mon travail en ne faisant rien.

Il y avait aussi le fait que l’industrie du recyclage est très polluante, ça me gênait. Je n’avais pas non plus envie de faire du recyclage de batteries si c’est pour en faire des trottinettes électriques. Je n’avais plus envie de produire de la croissance, j’avais envie plutôt de produire du bien être.

J’ai tapé offre d’emploi environnement sur google et j’ai fait défilé puis j’ai vu que tous les postes qui m’intéressaient demandaient un BTS GPN (Gestion et protection de la nature), donc c’est ce que j’ai fait.

En plus je faisais déjà de la sensibilisation à l’environnement bénévolement depuis plusieurs années donc quand j’ai vu que je pouvais être payée pour le faire et j’ai foncé.

Y a t’il selon toi des formations indispensables pour faire ton métier ?

BTS GPN ou BPJEPS EEDD selon qu’on veuille plutôt s’intéresser à des connaissances pointues sur la nature ou des techniques d’animation sur l’environnement, le développement durable et la nature.
Sinon BAFA ou BEATEP environnement.
Ou sinon rien, ça arrive parfois que des asso acceptent les autodidacte, beaucoup plus souvent que dans d’autres domaines.

Toi

Quelles sont les valeurs les plus importantes pour toi ?

Partage, respect et bienveillance.

Quels conseils donnerais-tu à quelqu’un qui souhaite se lancer dans ce métier ou, plus généralement, se reconvertir ?

Faut pas avoir peur d’être précaire quelques années avant de trouver un boulot stable. Le bénévolat associatif peut aider à rentrer dans le milieu.


Merci, Lorraine !

Et aussi…

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code