Maïlys Grau, Créatrice de filière de recyclage

Je suis la fondatrice de CIRCOULEUR, une startup qui a créé la filière de recyclage des déchets de peintures en France, et qui commercialise des peintures recyclées.
J’assure la direction générale de l’entreprise, et je dirige aussi ses sujets techniques, comme la recherche et développement et la production.

Fonction

Ingénierie et études, Recherche, Direction / Gestion

Secteur

Gestion des déchets et recyclage

Statut

Entrepreneur.se

Type de structure

TPE (CIRCOULEUR)

Mots clés

Recyclage, Peinture, Déchets, Anti-gaspillage, Pollution, ESS, Chimie

Lien

https://circouleur.fr

Ton activité professionnelle

En quoi ton activité s’inscrit-elle dans les luttes écologiques et sociales ? A quels enjeux et de quelle manière te permet-elle de contribuer ?

Il y a 28 millions de litres de déchets de peintures chaque année en France, qui n’avaient pas de solution de recyclage avant CIRCOULEUR.

Nous évitons ce gâchis en les réutilisant pour faire de nouvelles peintures. Cela évite ainsi l’impact négatif de l’incinération et celui de puiser dans les ressources naturelles pour fabriquer de nouvelles peintures. Notre peinture a ainsi une empreinte carbone divisée par 12 comparée à une peinture acrylique classique

Nous adressons aussi l’enjeu sanitaire de la qualité de l’air intérieur en fabriquant notre peinture avec les taux de COV (Composés Organiques Volatils) parmi les plus bas du marché

Et nous sommes impliqués dans une démarche d’Économie Sociale et Solidaire en créant de l’emploi pour des personnes éloignées du monde du travail et pour des personnes en situation de handicap

Quelles qualités et compétences sont indispensables dans ton travail au quotidien, tant techniques qu’humaines (relationnel, créativité, pédagogie…) ?

Savoir s’adapter rapidement à de nouvelles circonstances, et être résiliente, pour faire face aux nombreuses difficultés qui nous barrent la route et continuer d’avancer.

Il faut aussi savoir apprendre et développer de nouvelles compétences, car je n’avais jamais dirigé d’entreprise auparavant.

Et maîtriser la chimie des peintures 

Aujourd’hui, qu’est ce qui te plait le plus dans ton travail et ces différentes activités ?

C’est de voir l’entreprise grandir, l’équipe qui prend son autonomie et a sa propre vie.

Et ce qui me motive et me pousse à avancer, c’est de me dire que ce qu’on fait a une vraie utilité, et qu’il n’y a personne d’autre pour recycler ces peintures, alors on a besoin de nous !

A contrario, quels aspects apprécies-tu moins ou sont plus difficiles ?

La part trop grande que prend mon entreprise dans ma vie, et la difficulté à avoir un équilibre pro/perso.

A ton avis, comment va évoluer ce métier dans les années qui viennent ?

Je pense qu’il va y avoir de plus en plus de projets comme le mien, qui, partant d’un déchet, arrivent à créer de la valeur en ayant un impact positif.

Il y a encore énormément de typologies de déchets qui sont mal valorisés, il y a de quoi faire !

Ton parcours

Raconte-nous ton parcours en quelques phrases : quel a été le déclic pour ta reconversion ?

Je suis ingénieure chimiste de l’ESPCI, et Docteure de l’INSA de Lyon.

J’ai toujours voulu que ma carrière professionnelle ait un impact positif sur l’environnement, et j’ai commencé ma carrière dans le secteur photovoltaïque, en R&D industrielle.

Quand j’ai décidé de créer ma société, je me suis dit que c’était par l’économie circulaire que cet impact pourrait être le plus concret pour moi.

Je connaissais la chimie des peintures, alors je savais que j’aurais une valeur ajoutée particulière pour ce projet !

Y a t’il selon toi des formations indispensables pour faire ton métier ?

En ce qui concerne la direction de CIRCOULEUR, il faut être à l’aise avec les chiffres, et être très adaptable, mais à mon sens il n’y a pas de formation précise qui soit indispensable pour cela.

Presque tout ce qui concerne la direction générale, je l’ai appris pendant le montage su projet, grâce aux nombreuses formations dispensées aux créateurs d’entreprises.

Pour l’aspect technique, une formation d’ingénieur·e chimiste est indispensable. Si je n’avais pas eu ce background j’aurais eu à embaucher ou m’associer avec quelqu’un ayant ces compétences.

Toi

Quelles sont les valeurs les plus importantes pour toi ?

L’impact positif. Pendant le temps qu’on passe sur cette planète, on fait tous bouger le monde d’une manière ou d’une autre.

Alors autant que ce soit dans la bonne direction !

Quels conseils donnerais-tu à quelqu’un qui souhaite se lancer dans ce métier ou, plus généralement, se reconvertir ?

Ne lâche rien, sois clair·e avec toi-même sur pourquoi tu te lances, et fonce !


Merci, Maïlys !

Et aussi…

Pascal Lenormand, Designer Énergétique

Pascal Lenormand, Designer Énergétique

Le travail d’un designer énergétique est de “résoudre des problèmes énergétiques” : dysfonctionnement énergétiques dans les bâtiments, utilisations plus intelligentes de l’énergie…

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code