Alice L’Hostis, Directrice du centre technique du biogaz et de la méthanisation

"J'anime le réseau de la recherche et innovation sur la méthanisation en France. Cela se traduit par l'organisation et la participation à des réunions de travail et des événements de diffusion de connaissances à échelle nationale. Concrètement, j'échange beaucoup à distance (mails, téléphone), je peux aussi (hors contraintes sanitaires) rendre visite aux différents acteurs du réseau, aussi bien les chercheurs que les industriels et les unités de méthanisation. Enfin, je coordonne et contribue à la rédaction de documents de synthèse pour rendre les connaissances scientifiques accessibles, que ce soit des guides techniques pour les exploitants ou infométha.org pour les curieux."

Fonction

Gestion de Projet, Marketing/Communication, Recherche

Secteur

Agriculture, élevage et syviculture, Energie, Gestion des déchets et recyclage, Recherche

Statut

Salarié.e

Type de structure

Association loi 1901 (qui rassemble des personnes morales et physiques actives dans le secteur de l'énergie et de l'environnement)

Mots clés

Énergies renouvelables, Méthanisation, Innovation, Réseau

Lien

https://www.linkedin.com/in/alice-l-hostis-9b7a7749

Ton métier

En quoi ton travail s’inscrit-il dans les luttes écologiques et sociales ? A quels enjeux et de quelle manière te permet-il de contribuer ?

La méthanisation est une filière à la croisée de l’énergie (production de biogaz renouvelable), de l’agriculture (production de digestat, substitut aux engrais minéraux) et des déchets (valorisation des matières organiques humides). Le modèle français de méthanisation agricole permet aux agriculteurs de valoriser leurs déchets tout en dégageant un revenu complémentaire aidant à la stabilité de l’exploitation agricole tout en réduisant leur dépendance à l’agro-industrie.

En travaillant pour l’interprofession sur le versant technique et scientifique, je contribue à faire connaître et comprendre cette filière, aussi bien à ceux qui y travaillent qu’à ceux qui la découvrent à l’occasion d’un projet dans leur région.

Enfin, l’accélération de l’innovation lui permet de répondre aux impératifs politiques de baisse des coûts et de maîtrise des impacts environnementaux.

Pourquoi l’avoir choisi ?

Parce que je voulais travailler dans les énergies renouvelables, parce que j’aime apprendre de nouvelles choses tous les jours et les partager avec d’autres. Ce poste me permet de combiner science et communication, ce qui est assez rare dans ce secteur encore en développement.

Quelles qualités et compétences sont indispensables pour exercer ton métier au quotidien ?

Techniquement, il faut comprendre les enjeux et les principaux phénomènes scientifiques à l’œuvre dans la filière méthanisation : aussi bien les problématiques logistiques de mobilisation de matières premières que le procédé biologique de dégradation et la structure du marché industriel pour les différents types d’unités.

Au-delà, la capacité à faire le lien avec d’autres secteurs industriels peut aider à faire émerger des innovations par transpositions de techniques courantes ailleurs. La curiosité et la soif d’apprendre sont clés pour continuer à progresser et trouver de nouvelles connaissances à partager ensuite !

Humainement, il faut de la pédagogie pour faire circuler les informations, avec des capacités d’expression écrite, orale et si possible graphique (j’ai fait des gros progrès dessus !). Évidemment un bon relationnel vu le nombre de contacts ponctuels et récurrents associés au poste.

Aujourd’hui, qu’est ce qui te plait le plus dans ton métier ?

Découvrir des nouvelles connaissances et les partager avec ceux qui en ont besoin, parfois sans le savoir.

A contrario, quels aspects apprécies-tu moins ou sont plus difficiles ?

Comme toute activité de communication, on a finalement peu de retours du public cible sur la qualité et la pertinence de nos productions.

Par ailleurs, le soutien public à la filière s’est fortement réduit ces derniers mois, ce qui rend parfois l’atmosphère de nos réunions un peu morose.

Quelles sont les idées reçues sur ce métier ?

Le poste est trop rare pour avoir des idées reçues !

Ton parcours

Raconte-nous ton parcours en quelques phrases : comment en es-tu arrivée à faire ce que tu fais ? Quelle(s) formation(s) as-tu suivie(s) ? Quelles ont été les étapes de ton parcours ?

J’ai un double diplôme d’ingénieur en énergies et procédés, car je voulais apporter ma brique à la lutte contre le changement climatique par l’évolution technique.

Mon premier poste dans le solaire thermodynamique a pris fin avec le dépôt de bilan de la start-up. J’ai ensuite été recrutée par un laboratoire pour un projet de recherche sur la simulation du CO2 liquide pour son transport. J’ai saisi l’opportunité de la création du CTBM à la fin de ce contrat pour retourner dans les énergies renouvelables.

Y a t’il selon toi des formations indispensables pour faire ton métier ?

La base d’ingénieur est très confortable, mais j’ai dû étoffer en arrivant mes connaissances en biologie et agronomie. Notre secteur est trop multiforme pour avoir une formation thématique suffisante, la plupart arrivent d’un secteur et complètent pour les autres thèmes.

Je profite beaucoup des rares formations en communication et relations interpersonnelles incluses dans mon cursus scientifiques.

Toi

Quelles sont les valeurs les plus importantes pour toi ?

Égalité, service, bienveillance, liberté et solidarité.

Quels conseils donnerais-tu à quelqu’un qui souhaite se lancer dans ce métier ou, plus généralement, se reconvertir ?

S’appuyer sur les compétences acquises dans les expériences précédentes pour les transposer dans la prochaine. Que ce soit au travail ou ailleurs (loisirs, famille, bénévolat), on accumule des connaissances et compétences valorisables par la suite.

Ensuite, mieux on est renseigné moins on se trompe, mais il faut quand même oser se lancer un jour !

Avoir identifié des personnes ressources dans son entourage peut aider pour garder la motivation.


Merci, Alice !

Et aussi…

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code