Alizée, Consultante et chargée de mission Systèmes Alimentaires Territoriaux

En tant que Consultante et chargée de mission Systèmes Alimentaires Territoriaux, je collabore avec des associations, entreprises de l'Economie Sociale et Solidaire et institutions publiques sur des projets de relocalisation de notre alimentation, d'accessibilité pour tous et d'adaptation des pratiques pour accroitre notre résilience face au changement climatique.

Je suis aussi Chargée de mission Systèmes Alimentaires Territoriaux. Dans ce cadre, je collabore avec un réseau de villes au Royaume-Uni qui met en relation des partenariats locaux rassemblant associations, collectivités, PME, universités et citoyens afin de les soutenir dans la production et la mise en œuvre de stratégies alimentaires territoriales.
En tant que chargée de mission j'ai eu un rôle couteau-suisse de responsable de l'animation de réseau, de la communication, de la gestion financière, du pilotage d'études, de la conception de systèmes, de l'évènementiel, et j'ai appuyé l'évaluation du programme.

Fonction

Conseil, Gestion de Projet

Secteur

Agriculture, élevage et sylviculture, Alimentation, Politique et engagement citoyen

Statut

Salarié.e

Type de structure

Société Coopérative d'Intérêt Collectif (SCIC)

Mots clés

Pénurie alimentaire, Précarité alimentaire, Gaspillage, Résilience des systèmes, Territoires, International

Lien

https://tikographie.fr/2020/11/lexperience-anglaise-de-resilience-alimentaire-selon-alizee-marceau/

Ton activité professionnelle

En quoi ton activité s’inscrit-elle dans les luttes écologiques et sociales ? A quels enjeux et de quelle manière te permet-elle de contribuer ?

Mon activité vient en réponse aux risques et problématiques de pénuries alimentaires, de dégradation et de pollution des ressources naturelles, de perte de biodiversité, de précarités alimentaires, de gaspillage etc.

Je collabore avec des projets variés en France et à l’international qui abordent de manière systémique la question de l’alimentation et cherche à développer les systèmes alimentaires territoriaux pour accroître la résilience locale tout en permettant d’optimiser les échanges avec d’autres territoires et pays.

Par ailleurs, le réseau dont je fais partie permet d’accélérer la transition des systèmes alimentaires territoriaux en assurant la capitalisation et l’échange d’expertises et d’informations, l’essaimage de projets, le financement de projets, la coordination de campagnes d’action et de plaidoyer, l’organisation de rencontres et d’ateliers thématiques.

L’alimentation étant un sujet complexe et transversal, travailler pour la résilience et la soutenabilité des systèmes alimentaires permet de résoudre de nombreux problèmes écologiques, sociaux, économiques et de santé publique.

Quelles qualités et compétences sont indispensables dans ton travail au quotidien, tant techniques qu’humaines (relationnel, créativité, pédagogie…) ?

Autonomie, adaptabilité, organisation, attention aux détails, bonnes capacités relationnelles, être à l’aise avec la gestion de tâches multiples, bonnes capacités rédactionnelles, apprendre rapidement, être créatif et force de proposition.

Aujourd’hui, qu’est ce qui te plait le plus dans ton travail et ces différentes activités ?

Pouvoir observer l’apport réel pour les personnes et groupes accompagnés.

Travailler dans un domaine aux externalités positives multiples.

Contribuer à améliorer le quotidien des gens (alimentation saine, activités de jardinage, biodiversité préservée…).

La diversité des tâches, la flexibilité dans l’organisation de mon travail et de mon temps.

A contrario, quels aspects apprécies-tu moins ou sont plus difficiles ?

La précarité relative face à l’aléatoire des missions obtenues.

Le temps passé derrière un écran.

Le manque d’équilibre entre activités manuelles et intellectuelles.

Qu’est-ce qui t’a poussé.e à faire ces choix professionnels ?

Mon fort intérêt pour les problématiques de l’alimentation.

Mon envie de travailler pour des associations ou entreprises de l’ESS.

Mon besoin de flexibilité dans mon travail et d’éviter la routine.

Ton engagement bénévole

Décris-nous en quelques mots en quoi consiste ton engagement associatif/bénévole.

Je suis bénévole dans une association gérant le compostage collectif urbain et un atelier de bois coopératif.

Je les assiste actuellement en vue de leur changement de locaux dans la transplantation de plantes et la construction de mobilier en bois.

Pourquoi avoir choisi de t’engager de la sorte ?

Pour trouver un certain équilibre entre activités intellectuelles et manuelles. Pour rencontrer de nouvelle personnes.

Cela m’apprend également de nouvelles connaissances (compostage, horticulture, ébénisterie)

Ton parcours

Raconte-nous ton parcours en quelques phrases : quel a été le déclic pour ta reconversion ?

Je suis diplômée de Sciences Po Lille et d’une licence en Politique et Relations Internationales à l’Université du Kent (RU)

Y a t’il selon toi des formations indispensables pour faire ton métier ?

Une formation technique

Toi

Quels conseils donnerais-tu à quelqu’un qui souhaite se lancer dans ce métier ou, plus généralement, se reconvertir ?

De ne pas hésiter et suivre ses envies malgré les pressions éventuelles extérieures, les risques etc


Merci, Alizée !

Et aussi…

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code